Fanadiens
Accueil         Sondage         Vidéos        
Habs Et LNH
      
27
mai
20h00
Accueil             Sondages             Vidéos            
photo

Le danger d'investir à long terme sur Erik Karlsson

14 mai 2019
La date limite des transactions est une date charnière dans le carnet des dirigeants de la Ligue nationale de hockey, alors que plusieurs joueurs autonomes deviennent libres comme l'air le 1er juillet. C'est l'occasion de rêver de signer un joueur dominant qui pourrait permettre à une formation d'accéder aux séries éliminatoires et, qui sait, aux grands honneurs.

C'est exactement la réflexion que tous les directeurs généraux se posent quand vient le temps de parapher un contrat à long terme avec un joueur vedette.

La question ne sera pas toujours lié au montant, mais bien plus sur la longévité de l'entente.

C'est là où certains dirigeants ont perdu leur emploi après avoir donné des contrats de six ou sept ans à des joueurs en constante régression sur le plan hockey.

Et, c'est ce qui arrivera, cet été, dans le dossier d'Erik Karlsson.

Défenseur jadis rapide et explosif, il a perdu ce pourquoi il était devenu une véritable star dans la Ligue nationale de hockey.

Le constat est flagrant. Depuis les trois dernières saisons, l'ancien défenseur des Sénateurs d'Ottawa semblent avoir ralenti considérablement.

Ajoutons à cela qu'il ne transporte plus la rondelle pour aider la transition défense-attaque, mais le plus inquiétant, c'est qu'il n'a pas amélioré l'aspect défensif de son jeu.

Son impact sur l'avantage numérique est toujours intéressant, mais principalement pour le dernier tiers de la LNH.

L'analyse coût-bénéfice devient peu alléchant à la lueur de ces nouvelles données.

Plusieurs experts croient qu'ils pourraient toucher 8,5 ou 9 M$ par saison.

La vraie question : Combien de temps?

Ce déclin s'est accentué cette année. Depuis sa blessure au talon d'Achille, suite à la mise en échec sauvage de Matt Cooke, il faut être honnête, les effets commencent à se faire ressentir dans son jeu.

Le flair offensif et les habiletés sont quand même restés omniprésents par moment, mais ils deviennent de plus en plus rares.

Si on le plaçait souvent devant Brent Burns par le passé, je peux vous assurer qu'il n'y a plus aucune comparaison possible à la lueur des 12 derniers mois.

On sera tenté de lui donner une entente de 7 ou 8 ans. Elle est là l'erreur!

On lui proposera un contrat comme P.K. Subban, avant la saison 2014-2015, avec un contrat de huit ans d'une valeur de 72 M$.

Ce contrat-là, il y a trois ans, on aurait crié au vol.

Toutefois, ce contrat pourrait coûter l'emploi du directeur général qui signera Erik Karlsson si ce dernier continue sa descente aux enfers durant les trois prochaines années.

Il aura 29 ans à la fin du mois, ce qui lui laisse possiblement quatre bonnes saisons dans le corps, mais il pourrait bien arrêter de jouer vers l'âge de 33 ou 34 ans en raison de ses antécédents de blessures.

Depuis trois saisons, il a raté 45 parties, dont la majeure partie lors de cette saison-ci.

Il a récolté 45 points en 53 parties, ce qui donne un ratio fort intéressant, mais sa formation actuelle est probablement nettement plus forte que celle de sa prochaine destination.

Il a terminé la saison avec un différentiel de +6 dans une équipe qui a terminé au deuxième rang dans la l'Association de l'Ouest.

On ne fêtera pas!

Il semble être exposé de plus en plus à l'adversaire qui ne se gêne plus pour terminer ses mises en échec à son endroit.

Cette tendance ne fera qu'ajouter au déclin visible.

Oui, il noircira la feuille de pointage plus souvent qu'à son tour, toutefois, les matchs où il aura un impact décisif seront aussi rares que les éclipses solaires.
Sondage
Hockey - LNH
Qui remportera la Coupe Stanley ?
   Bruins de Boston
   Blues de St-Louis