20:00
-
-
    

Ilya Kovalchuk retourne jouer dans son pays

Publié le 26 décembre 2020 à 14h36
PAR

Avant le début de la saison de la LNH, Ilya Kovalchuk prend une autre direction. L'ancien attaquant du Canadien décide de retourner dans son pays et d'évoluer dans la KHL pour l'Avaganrd d'Omsk, équipe qui est dirigée par le Québécois Bob Hartley.



À 37 ans, le Russe retourne dans la KHL, où il a joué jusqu'en 2017-2018 avant de retenter l'expérience dans la LNH avec les Kings de Los Angeles. Kovalchuk a ensuite porté l'uniforme Bleu-Bleu-Rouge du Canadien pour 22 matchs en 2020. Il a connu passablement de succès avec 13 points en 22 matchs, et bien des partisans du Tricolore étaient déçus lorsque Bergevin l'a transigé aux Capitals de Washington contre un choix au repêchage.

C'est Bob Hartley qui doit se réjouir de cette nouvelle. Il accueille dans sa formation un des joueurs russes les plus populaires des dernières années derrière les Ovechkin, Malkin, Datsyuk, Bobrovsky, Kucherov et compagnie.

Hartley a toujours eu une bonne relation avec le franc tireur. Il l'a dirigé pendant cinq saisons avec les défunts Thrashers d'Atlanta. Kovalchuk a d'ailleurs réussi sa meilleure saison en carrière sous les ordres du Québécois. Il avait réussi à inscrire 98 points, soit 52 buts et 46 passes, avec les Thrashers en 2005-2006.

L'ancien entraîneur de l'Avalanche, des Thrashers et des Flames a toujours vanté Kovalchuk. Je me rappelle de plusieurs séquences au 91,9 Sports, lors de son segment quotidien dans l'émission Le club à Langdeau, où Hartley mentionne que Kovalchuk est un des meilleurs joueurs de hockey qu'il a coacher durant sa carrière, qu'il a un talent naturel et un flair incroyable pour le filet.

À 37 ans, c'est donc probablement terminé pour Kovalchuk dans la LNH. Il faut admettre qu'il a perdu le mordant de ses belles années. Si c'est bel et bien la fin pour lui dans le circuit Bettman, il aura terminé sa carrière avec 876 points en 926 matchs avec les Thrashers, les Devils, les Kings, les Canadiens et les Capitals.
10 dernières chroniques
pub