21:00
-
-
    

Guillaume Latendresse a guidé une entrevue chaleureuse avec Mathieu Ste-Marie

Publié le 23 décembre 2020 à 13h22
PAR JEFF DROUIN

aTout d'abord, merci encore, Marc-André Perreault, pour l'excellent documentaire "Combats d'une vie". Merci également aux acteurs de ce docu, qui sont venus m'atteindre le coeur aussitôt puisque, en quelque sorte, je me reconnais en eux (avec ma bibitte nommée "anxiété"). Vraiment, MERCI.



Au sujet de l'apparition de Mathieu Ste-Marie dans le documentaire, il a précisé qu'il ne se souvenait plus ce qu'il avait raconté devant la caméra. Toutefois, lorsqu'il parle avec son coeur, il ne se souvient pas de ce qu'il dit, ce qui est bon signe... Le docu "Combats d'une vie" est un autre outil pour la réhabilitation de celui-ci.

Cela dit, je viens d'entendre l'entretien de Mathieu Ste-Marie via les ondes du 98,5 Sports avec Guillaume Latendresse (qui a guidé ça comme un pro) et je ne peux m'empêcher de partager son dialogue inspirant, qui aidera une panoplie d'individus. Beaucoup de gens sont en détresse et n'osent pas se présenter au grand jour par peur. Maudite peur qui paralyse... Toutefois, grâce à des témoignages puissants comme celui de Mathieu, ces gens-là ont de quoi s'appuyer.


Le problème de consommation de Mathieu Ste-Marie s'est amorcé très jeune, au niveau de l'alcool, mais cette consommation a fini par se rendre à des black-out à la suite de son stage junior, soit lors de son arrivée au sein de la LNAH. Sa consommation de cannabis a également pris un autre tournant, lui qui programmait ses horaires en fonction de son petit joint.L'anxiété, qu'il ne connaissait pas lors de son entrée au sein de la LNAH, a pris une tout autre tournure. Il devait fumer deux ou trois joints pour avoir la tête tranquille avant de jouer un match. À sa dernière saison dans ce circuit, il fumait aux trois ou quatre heures. Really? À ses yeux, c'était un "médicament". Mais en réalité, ce n'était vraiment pas une solution pour contrer son anxiété. Tout était programmé en fonction de sa consommation. Par exemple, sa conjointe conduisait l'auto pour aller au restaurant ou il quittait plus tôt vers l'aréna pour fumer avant de rentrer dans la chambre.

Comme il l'a si bien précisé, lorsque tu consommes autant, tu crois que tu es le seul à faire ça, alors que ce n'est pas le cas. À la suite du documentaire, il ne s'imaginait pas que tout ça prendrait un tel envol. Beaucoup de gens en détresse contactent les boys du documentaire. En plus de ça, il reçoit une grosse dose d'amour des personnes qui ont visionné cet excellent documentaire livré par l'ami Marc-André Perreault.



Avant, il courait après l'attention pour se faire aimer, maintenant, il reçoit de l'amour sans courir... et il accepte cette vague d'amour et de beaux commentaires. Il se sent choyé. Chaque jour, Ste-Marie ne se bat pas, il danse avec ses démons. Il doit demeurer dans un certain mode de vie aujourd'hui pour rester sobre. Il le fait à l'aide de petites lectures et de plusieurs discussions avec des gens dans la même situation.

Mathieu, je suis choyé d'avoir pu jouer avec toi au sein d'une ligue de garage en 2012 et 2013, dans la ligue de Jap's du côté de La Prairie. T'es une personne formidable que j'ai adoré côtoyer et avec qui j'ai aimé jouer.
10 dernières chroniques
pub