La Russie a déjà obligé une athlète à se faire avorter

Publié le 8 décembre 2020 à 10h51
PAR JEFF DROUIN

On parle ici d'une vieille histoire, mais honnêtement, avant de la lire via le site Balle Courbe, je ne la connaissais pas. Si l'on recule en 1988, Anfisa Reztsova, une athlète hors du commun de biathlon et de ski de fond russe à ce moment-là, a été forcée de se faire avorter. Pardon? Absolument. La raison évoquée : elle était un espoir pour une médaille en vue des Jeux olympiques de Calgary, ce qui, pour le pays, était une raison valable pour un avortement. Ben voyons donc!



Reztsova a d'ailleurs profité d'une entrevue qu'elle a accordé au site Sports.ru afin de se livrer totalement au sujet de ce chapitre tragique. La dame était consciente qu'elle était enceinte depuis juin 1987. Elle a opté pour l'avortement, en échange d'un appartement de deux pièces à Moscow. Reztsova était enceinte depuis huit semaines seulement...

"Nous étions à un camp d'entraînement en Estonie lorsque ma coéquipière Elena Vyable et moi avons remarqué que nous n'avions pas nos règles. Mon entraîneur Nikolai Lopukhov m'a envoyé voir un médecin situé à 40 KM d'où nous étions. Elena et moi avons dû y aller à vélo!" - Reztsova


Jusque là, ça n'a tout simplement aucun bon sens. Se diriger à vélo, enceinte, à 40 KM du centre d'entraînement? En tout cas... Les médecins ont officialisé le tout, les deux jeunes dames étaient enceintes. Mais comme Vyable n'était pas encore au niveau de « récolter une médaille », elle a pu conserver son bébé, alors que Reztsova a dû se faire avorter, elle.Au final, elle a raflé une médaille d’argent et une médaille d’or... après cet avortement. Aujourd'hui, la dame est heureuse de ses quatre enfants, mais cet épisode lui demeure toujours pris en gorge. Ah oui, lors de son entretien, elle a également confié qu'à cette époque-là, plusieurs athlètes olympiques se dopaient copieusement. Sommes-nous réellement surpris par cette situation?
10 dernières chroniques
pub