20:30
-
-
    

Geoff Molson n'aime pas les critiques à son égard

Publié le 29 décembre 2020 à 14h40
PAR JEFF DROUIN

Si je vous pose la question suivante : Laquelle des 31 formations de la LNH n'a pas sélectionné de Québécois lors des quatre premiers tours depuis 2014? Connaissez-vous la réponse?

Si je vous indique que cette même concession n'a recruté aucun joueur en provenance du Québec en 2020, ça vous aide à résoudre l'énigme?La réponse se situe chez nous, dans notre province du Québec : le Canadien de Montréal.


Le repêchage n'est pas une science exacte, on le sait, mais depuis des lunes, plusieurs amateurs et spécialistes souhaitent que Trevor Timmins fouille un peu dans sa cour. En 5e, 6e, et 7e ronde, n'est-ce pas le moment pour prendre des risques? N'est-ce pas le moment d'ajouter un joueur "élevé" au sein de la LHJMQ?

À l'époque de Pierre Boivin, les joueurs québécois avaient une importance capitale, mais depuis son départ, ça semble moins essentiel. Évidemment, Geoff Molson n'a rien à voir là-dedans et les critiques qui pleuvent à cet égard le dérangent réellement. OK. Ce n'est pas lui qui recrute, mais il est tout de même le boss.



Peu importe, le big-boss s'est confié à ce sujet sur les ondes de Radio-Canada.

«Oui, ça me fait mal. Parce que si on regarde les chiffres de nos deux équipes, à Laval et à Montréal, nous sommes parmi les organisations qui comptent le plus de Québécois. Ce ne sont pas tous des joueurs repêchés, mais on a beaucoup de francophones dans notre entourage. C'est juste qu'on n'a pas eu la chance depuis 2014 de repêcher un Québécois dans ces premières rondes.» - Molson

Comme toutes les autres formations du circuit, le Canadien et son groupe de hockey font des listes pour chaque ronde et des Québécois s'y retrouvent, mais ça arrive que ceux-ci soient sélectionnés avant que le Canadien de Montréal parle. Peut-être, mais Kéven Breton, de Radio-Canada, a étalé l'oeuvre de ses recherches à l'intérieur du tableau suivant, qui parle de lui-même.

image

Peu importe les dires du proprio, moins de Québécois sont sélectionnés depuis l'arrivée de Molson comme président, preuves à l'appui. Personnellement, je ne m'arrête pas à ça, mais en l'ayant fait aujourd'hui pour analyser la différence entre Molson et Boivin, c'est tout de même évident.
10 dernières chroniques