Arber Xhekaj
Crédit photo: The Hockey News

Déclaration très inquiétante sur Arber Xhekaj

Publié le 29 décembre 2023 à 17h37
PAR DANNY POTVIN

Arber Xhekaj a été rétrogradé dans la Ligue américaine pour une raison bien précise : améliorer son jeu défensif. L'organisation lui a également demandé de mieux gérer ses émotions, lui qui avait tendance à écoper de mauvaises pénalité en voulant trop défendre es coéquipiers.

Cet aspect de son jeu manque au Canadien depuis qu'il n'est plus là. Si on regarde juste le coup à la tête subit par Juraj Slafkovsky jeudi soir, seul Caufield est allé voir le joueur des Hurricanes. On s'entend que ça ne fait pas vraiment peur.

Il n'y a plus de shérif à Montréal, et on dirait bien qu'il ait laissé son badge à la maison en allant à Laval, puisqu'il ne fait pas régner l'ordre à Laval. C'est assez inquiétant quand ses coéquipiers ont besoin de lui.

« Plusieurs joueurs se faisaient brasser sans riposte. Arber Xhekaj regardait la parade passer les bras le long du corps, comme si quelqu'un lui avait menotté les poings à ses cuisses. En fin de rencontre, il avait l'occasion de défendre Dobes, qui venait encore de se faire accrocher par un adversaire. Quelques paroles et ce fut la fin de la mêlée. Les esprits se sont échauffés dans les deux dernières minutes de jeu et c'est Riley Kidney qui semblait le plus allumé pour défendre Brady Keeper. Riley Kidney ! Vous avez bien lu. »


- TSLH

L'organisation est-elle en train de dénaturer Xhekaj? Avant son renvoie, il n'aurait jamais hésité à défendre ses coéquipiers. Ça fait presque peur tellement il n'est plus le même joueur.

On souhaite son rappel pour faire régner l'ordre avec le Canadien, mais l'organisation ne voit pas les choses de la même manière. Pourtant, son apport serait majeur présentement avec le Canadien.

SONDAGE
29 Decembre   |   1218 réponses
Déclaration très inquiétante sur Arber Xhekaj

Selon vous, est-ce que Xhekaj sera toujours le shérif une fois de retour à Montréal?

Oui97780.2 %
Non24119.8 %
LISTE DES SONDAGES
10 dernières chroniques
pub