20:30
-
-
    

Les Indians de Wild Thing imiteront les villes de Washington et Edmonton

Publié le 14 décembre 2020 à 9h54
PAR JEFF DROUIN

Le baseball, c'est synonyme d'histoire. Lors de chaque joute, au moins un moment historique s'écrit. Chaque fois que j'utilise mon clavier pour jaser de ce sport que j'aime copieusement, c'est impossible de ne pas y insérer un brin d'histoire. Parlant d'histoire, en 2022 (fort probablement), une page historique se tournera puisque les Indians de Cleveland, après avoir abandonné le logo, changeront de nom.



En 2021, l'équipe devrait s'appeler "L'Équipe de baseball de Cleveland" le temps que les amateurs votent pour le nouveau nom que la franchise emploiera. Après L'Équipe de football de Washington et la formation de la CFL d'Edmonton, les Indians ont suivi cette enjambée. On parle ici d'un nom mythique qui existe depuis 105 ans. Par contre, la concession a pris la décision d'abandonner un nom qui est considéré comme raciste.

Il y a quelque temps, le Chef Wahoo a disparu du matériel des Indians, donc c'était logique que le nom suivre un moment donné. L'équipe est désormais représentée par un gros "C", la première lettre de Cleveland. Le mouvement nommé Cancel Culture a été créé justement pour enlever la présence de personnages controversés qui se retrouvent dans l'espace public.


Un mouvement que le président actuel Donald Trump ne s'est pas gêné à pointer sur la place publique (Twitter) : "Il ne s’agit pas d’une bonne nouvelle, même pour les Indians".

L'organisation des Indians détient une belle histoire, elle qui compte deux Séries mondiales (1920 et 1948), sans omettre la belle finale que l'édition 2016 a donnée à ses partisans en luttant de façon ferme contre les Cubs de Chicago. Qui ne se souvient pas de la claque de Rajal Davis lors de la joute ultime? On doit reculer à la 8e manche de ce duel pour observer la bombe de deux points claquée par Davis. La marque était 6-4 en faveur des Cubs en 8e manche, Davis était 0-en-3 à ce moment et Aroldis Chapman se retrouvait sur la butte...


Quel moment historique, qui demeure sans aucun doute le moment le plus mémorable de la carrière de Davis!À travers l'histoire de cette concession, on retrouve également la série de films Major League, qui font évidemment partie de ma collection. Qui ne connaît pas l'illustre personnage Ricky 'Wild Thing' Vaughn joué par l'acteur Charlie Sheen? Ses lunettes, sa coupe de cheveux, son numéro 99 et son hymne personnel, soit la chanson "Wild Thing", ont certes marqué l'imaginaire.


Grâce à ce film, une chemise de Vaughn se retrouve dans ma collection de maillots de la MLB, sans omettre une belle casquette de Wild Thing, gracieuseté de la compagnie Baseballism. D'ailleurs, lorsque j'étais propriétaire du site PassionMLB, la toune "d'entrance" du podcast était justement Wild Thing, la version du film. Bref, vous comprenez désormais les raisons de toute cette nostalgie concernant ce nom, ce logo et cette franchise historique. Ça restera gravé à jamais dans mon coeur, mais je comprends amplement cette direction.
10 dernières chroniques