20:00
-
-
    

Un joueur du Rocket de Laval quitte le hockey pour poursuivre ses études

Publié le 31 décembre 2020 à 13h00
PAR JEFF DROUIN

Alexandre Alain et l'organisation du Canadien de Montréal se sont entendus mutuellement afin de briser l'accord qui réunissait les deux parties. Un contrat qu'il a signé le 24 avril 2018, et qui lui permettait d'empocher un salaire de 70 000$ au sein de la Ligue américaine (753 333$ dans la LNH).



Le natif de Québec a rejoint Joël Bouchard chez l'Armada de Blainville-Boisbriand, à la suite de deux saisons et 12 matchs avec les Olympiques de Gatineau. Sous la gouverne de Joël Bouchard avec l'Armada, Alain a été un élément capital au sein de l'équipe. Avec cette équipe, il a récolté respectivement 52 et 87 points, mais ce que l'on retiendra le plus sera sa dominance lors de ses deux printemps à Blainville (on parle de 19 points en 29 joutes lors du printemps de 2017 et de 30 points en 22 rencontres, en 2018).

Bref, à la suite de saisons très honnête chez le Rocket de Laval, où il a récolté 52 points en 132 rencontres, il retournera aux études à temps plein, lui qui étudiait déjà à temps partiel en plus de jouer au hockey professionnel. Il a besoin d'une pause du hockey, donc il a avisé l'organisation de son absence du camp d'entraînement, alors son pacte a été résilié et il a été placé au ballottage inconditionnel.


Le Canadien et Bouchard étaient en amour avec son attitude, qui se mariait parfaitement avec la culture du Canadien de Montréal. À noter qu'Alain a mis la main sur le trophée Guy-Lafleur au sein de la LHJMQ en 2018, remis au meilleur athlète-étudiant.

«Alexandre incarne plusieurs valeurs qui sont importantes pour notre équipe. En plus d'avoir une attitude irréprochable et d'être un fier compétiteur, il est un excellent coéquipier apprécié de tous. Je lui souhaite la meilleure des chances dans la quête de ses objectifs.» - Marc Bergevin

Un gars de valeurs, certes, mais qui était conscient que d'atteindre la LNH se situait peut-être loin de sa portée.
10 dernières chroniques
pub