21:00
-
-
    

Un bagarreur qui n'a pas peur est un mangeux de marde (selon un ancien goon)

Publié le 17 décembre 2020 à 8h55
PAR JEFF DROUIN

Le documentaire «Combats d'une vie» sera présenté sur les ondes de TVA Sports vendredi soir à 19 heures et celui-ci devrait faire fureur. Le concept est simple, des pugilistes sont venus expliquer le travail ardu, voire inhumain, qu'ils occupaient au sein d'une équipe de hockey comme la LNAH, par exemple.



Pour ceux qui suivent les activités de la LNAH, le nom le plus populaire est certes Joël Thériault, qui n'a jamais eu froid aux yeux et qui était l'un des plus respectés dans sa profession. Selon plusieurs, il a été le plus tough de l'histoire de ce circuit québécois, où les combats font (ou faisaient?) partie de son ADN.

Plusieurs témoignages sont touchants et poignants de la part de ses combattants "ultimes", qui vivent avec une peur constante à l'intérieur d'eux. Ces gars-là se mettent souvent à consommer, soit beaucoup d'alcool et/ou de la drogue afin de digérer ce qu'ils font. Mathieu Ste-Marie, un individu incroyable avec qui j'ai joué quelques matchs au niveau "social", pensait régulièrement au suicide. Pendant un an, il y pensait tous les jours.




«J'ai été un an de temps à vouloir me suicider. Je savais où j'allais me suicider en char. Je savais même la chanson que je voulais qu'ils mettent quand mon cercueil allait sortir. Je n'étais pas capable d'arrêter de consommer. Je me disais: voyons!! T'es un gars avec du caractère, pas capable de pas consommer c'est impossible! Je me levais le matin et je pleurais.» - Ste-Marie

Ces gars-là vivent avec cette crainte en tout temps, 24 heures sur 24. Puis, celui qui dit qu'il n'a pas peur, c'est un bullshiteux, rien de moins, selon Paul LaPlante.

«Quelqu'un qui dit qu'il n'a jamais eu peur, c'est un "mangeux de marde". Ce n'est pas vrai et c'est un "bullshiteux"!»Joël Thériault parle de la routine d'un bagarreur et de tout ce qu'il peut ingurgiter pour dormir, pour se réveiller, pour assouplir le mal. Ainsi que les cocktails pour "oublier" puisque c'est rare qu'un goon se fait offrir un 7Up... Ouf, ce passage de Thériault me vire à l'envers.



Des mots crus et directs, c'est exactement ce que vous entendrez de ces gars-là, qui sont très authentiques et sans aucun filtre pour se livrer à vous. Je vous suggère fortement le visionnement de ce docu bouleversant, qui vous aidera à comprendre le type de travail ingrat de ces hommes-là.

Félicitations pour ce documentaire savoureux, MA Perreault!
10 dernières chroniques
pub