21:00
-
-
    

Max Pacioretty peut remercier Montréal

Publié le 16 décembre 2020 à 8h45
PAR JEFF DROUIN

Le 10 septembre 2018, Max Pacioretty quittait l'organisation du Canadien de Montréal. Pour le numéro 67, c'était en quelque sorte une libération, lui qui semblait écoeuré de l'importance que le Québec accorde au Tricolore. Pour le groupe, on sortait un individu qui avait la baboune facile, donc ç'a enlevé un peu de gris à l'ambiance générale du club. Peu importe, Patch a beaucoup appris lors de son séjour de dix ans au sein de cette ô combien grande organisation.

Grâce justement au marché montréalais, Pacioretty compose très bien avec les rumeurs actuelles à son égard. Mine de rien, cette expérience est donc très bénéfique pour lui. Il sait comment jongler avec les rumeurs qui circulent, grâce à Montréal. Pour lui, ce qui se passe en ce moment, c'est comme de la petite bière. C'est vrai qu'il ne semble pas tellement ébranlé par le bruit qui court en ce moment, héhé.



«J'ai joué à Montréal pendant 10 ans, c'est donc de la petite bière. J'ai entendu bien pire. Ce qui se passe en ce moment, ce n'est rien.» - Pacioretty


Honnêtement, il n'y a jamais de fumée sans feu, c'est ça? Même si Bill Foley, le proprio des Knights de Vegas, s'est dressé en stipulant que son marqueur ne serait pas échangé, je n'achète pas totalement. Avant qu'il quitte Montréal, beaucoup de spéculations tournaient au sujet de Pacioretty... et il a fini par quitter, malgré que certains aient tenté de calmer le jeu.C'est bien beau le "rapport" de Foley au sujet de Pacioretty, mais celui-ci doit être conscient que son directeur général, Kelly McCrimmon, se devra de diminuer la masse salariale de l'équipe d'au moins un million de dollars. Son club doit se conformer au plafond et en plus de ça, il doit également ajouter deux pions à son organigramme. Un gros boulot avant le lancement de la campagne 2021 qui semble réellement se concrétiser.
10 dernières chroniques
pub