radio marqueur
photo

UN VESTIAIRE DIVISÉ CHEZ LE CANADIEN DE MONTRÉAL?

23 fév 2021 à 12h00      JEFF DROUIN
« Maudit que mon Canadien est beau, excitant et sans défaut. La chimie est incroyable, les gars ont l'air d'une famille tissée très serrée! »

Voilà un bref résumé des pensées de plusieurs d'entre nous lors des dix premiers duels du Canadien de Montréal. Mais depuis sept rencontres, ce beau dialogue ne tient plus la route, puisqu'il a laissé sa place au noir, des propos très négatifs. Plusieurs poux sont apparus dans le cuir chevelu du Canadien et chaque personne à ses phrases teintées de gris au sujet de cette Sainte-Flanelle.

On peut entendre les suivantes :

« C'est la faute à Carey Price! »

« C'est la faute de la mauvaise relance! »

« C'est la faute des gros défenseurs lents! »

« C'est la faute à Tomas Tatar, Paul Byron et Phillip Danault! »

« C'est la faute à Kirk Muller... et de Claude Julien! »


Je pourrais continuer ainsi jusqu'à la noirceur, mais j'ai d'autres textes à écrire et une émission de radio à animer. Ça pourrait être la faute des joueurs en général, hein? Guillaume Latendresse a d'ailleurs soulevé un point très intéressant au sujet des joueurs sur les ondes du 98,5 Sports.

« Ce que je pense, c'est que le vestiaire est peut-être divisé un petit peu. Des gars comme Gallagher et Tatar, qui ont traîné le club, ils ont vu des joueurs arriver cet été et passer devant eux dans la hiérarchie. C'est correct, mais quand ça ne va pas bien, faut que le balancier revienne. C'est là qu'on est... » - Tender

« Quand je me mets dans la peau des gars qui ont traîné l'équipe depuis quelques années (...) Après 14 matchs, envoyer Tatar dans les gradins, celui qui a terminé au premier et au deuxième rang des pointeurs de l'équipe, je n'étais pas d'accord avec ça... » - Tender




Oui, c'est l'avis de Tender, mais c'est également l'avis d'un ancien joueur de la Ligue nationale de hockey qui a visité quelques vestiaires et qui sait comment ça se déroule au sein d'un groupe. Il a raison. Brendan Gallagher et Tomas Tatar peuvent-ils être un peu en maudit contre les nouveaux ou le coach? Ils sont certes des gars avec une attitude exemplaire, mais il n'en demeure pas moins que l'orgueil est également une facette importante chez l'humain.

Si jamais c'est le cas, la gestion de brouhaha appartient aux leaders de ce groupe, donc ce sont à eux de régler le tout afin de se diriger main dans la main vers la mission du club.